Communauté de Communes de l'Ouest Vosgien

La rétrospective Sam Lévin, exposition et médiation, en gros plan

Du 03 Mars au 22 Avril 2016, le Trait d’Union a proposé une exposition intitulée “Rétrospective Sam Lévin”. Cette exposition a été conçue par l’Agence 7ème Art, basée à Vittel, et le commissaire d’exposition Frédéric Lévy.
Elle a été produite par la Maison de la Photographie Robert Doisneau, en collaboration avec la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris. Elle a reçu le soutien de l’agence photographique de la Réunion des Musées Nationaux.
Cette exposition a présentée pour la première fois à l’automne dernier à la Fondation Doisneau à Paris, puis dans l’espace d’exposition du Centre culturel de Neufchâteau.

LA PRESENTATION DE L’EXPOSITION
Il y a l’homme, Sam Lévin, mais il y a aussi la collaboratrice, Lucienne Chevert. Et parler du studio Levin, c’est avant tout raconter un duo, décrire une « photographie à quatre mains ».
L’histoire du studio éponyme, qui commence dans les années 30, va alors produire plus de 250 000 prises de vues, réalisées pendant presque 50 ans de carrière. Bien sûr, les deux photographes, reconnus très tôt pour leur talent, vont s’adapter à un marché, en créant la photographie de plateau, de mode, de publicité, mais par-dessus tout, ce qui caractérise le studio Levin, et qui fait qu’encore aujourd’hui nous regardons à travers les yeux les visages de Martine Carol, Gina Lollobrigida, Claude François, ou notamment Brigitte Bardot, c’est le portrait. Le portrait de Lévin, un article de promotion, qui joue l’intermédiaire entre une idole et ses groupies, celui qui entretient le flirt et suscite le désir. Celui qui est à la fois intime et collectif, façonnant la célébrité à coups de lumières artificielles.

L’Agence 7ème art et la Communauté de Communes de l’Ouest Vosgien ont conçu ensemble un panel d’actions autour de l’exposition. La complémentarité de ces actions permet aux publics de découvrir ou redécouvrir le patrimoine cinématographique et le patrimoine photographique français. Ce dispositif favorise l’éducation à l’image grâce à une approche centrée sur l’échange et la construction du regard.

LE CINEMA
Programme « Révisons nos classiques » - Rétrospective – cinéma le Scala à Neufchâteau

Les films étaient précédés d’une visite commentée de l’exposition puis le groupe se rendait au cinéma.
LE PROGRAMME
Samedi 4 mars 2017 : LE DÉSORDRE ET LA NUIT de Gilles Grangier (1958)
Samedi 18 mars 2017 : LE SEPTIÈME JURÉ de Georges Lautner (1962)
Samedi 1er avril 2017 : MARIE OCTOBRE de Julien Duvivier (1959)
Samedi 22 avril 2017 : LES SORCIÈRES DE SALEM de Raymond Rouleau (1957)

LES ACTIONS DE MEDIATION
En temps scolaire
Toutes les écoles du territoire ont été invitées à découvrir gratuitement l’exposition et à bénéficier d’atelier. Nous leur avons proposé plusieurs programmes qui pouvaient être modifiés en fonction des demandes et des échanges avec les professeurs des écoles.

Les visites commentées débutaient pour chaque groupe par une introduction adaptée : présentation du photographe de son travail, analyse de quelques photographies puis discussion sur les effets et réactions des visiteurs. Dans un second temps, les groupes scolaires étaient invités à prendre place dans la salle d’arts plastique ou le foyer du Centre Culturel pour participer à des ateliers.
Les classes de niveau maternelle pouvaient participer à un atelier dessin (découper et colorier des poupées des années 50) et à un atelier photographie (faire poser des poupées « Barbie » sur des fonds de couleur (afin de recréer les fonds présents sur les photographies des années 50-60)
Les classes de niveau primaire, collège, lycée ou des structures d’enseignement spécialisé pouvaient participer à un atelier photographie (faire poser et photographier les autres enfants sur des fonds de couleur, à la manière de Sam Lévin) et à une discussion sur la photographie, l’utilisation des images dans la société actuelle (droits à l’image, le respect et le partage des photos, la diffusion des réseaux sociaux…).

Hors temps scolaire
Des visites ont été programmées avant les séances de cinéma au Scala mais aussi réalisées sur demande ou proposées à des groupes existants (Université de la Culture Permanente de Neufchâteau). En fonction des visiteurs présents, le commissaire d’exposition présentait le travail de Sam Lévin mais abordait également des thématiques différentes (Jean Gabin et Danielle Darrieu, comédiens du film « Le désordre et la nuit » / les blondes-les brunes / les séducteurs…) sous la forme de petits jeux pour donner un nouvel éclairage sur les vedettes exposées ou la société d’alors.

Nous avons réalisé trois visites et ateliers pour les écoles de maternelle, reçu deux groupes de l’Institut Médico-Technique de Neufchâteau et un groupe de l’Établissement et Service d’Aide par le Travail également de Neufchâteau.

Share

Post a Comment